Notre-Dame du Schauenberg au Congo


N.D. Auxiliatrice est la titulaire de la paroisse de Voka, près de Boko, au sud de Brazzaville.

Depuis 1932, il existait un poste de mission dans ce qu'on appelle Voka l'ancien, lieu assez insalubre, avec une résidence et une chapelle provisoires en parpaings de terre, sous l'invocation de St François de Sales. 

Mgr Biéchy décide donc de construire un peu plus loin. Il écrit dans le Projet d'érection de N.D. Auxiliatrice de Schauenberg sur les bords du Congo : " Un plateau, non loin du Congo, d'une altitude d'environ 600 m et rappelant un peu le site en Alsace, semble tout indiqué pour l'érection de ce sanctuaire.
 Il sera à 75 km de Linzolo, la station la plus proche, et à 105 km de Brazzaville".
 

Le transfert est décidé en 1936 et se réalise l'année suivante pour la résidence. En 1937, Mgr Biéchy lance son appel et commence à recevoir des dons. La mission change alors de nom pour celui de N.D. Auxiliatrice. L'église se construit, avec les dons extérieurs, en particulier des pèlerins de N.D. de Schauenberg, et avec l'aide de la population, de janvier 1941 à décembre 1942. Le premier dimanche de septembre 1943, Mgr Biéchy bénit l'édifice. Dans le "Cahier des visites", il écrit alors : "Le 3 septembre, on fait, en Alsace, un grand pèlerinage avec procession, en l'honneur de N.D. Auxiliatrice. On s'unira chaque année aux pèlerins d'Alsace. On priera spécialement aux intentions des bienfaiteurs de la mission..."
 
En 1944, le clocher reçoit deux cloches, l'une de la fonderie Causard de Colmar, l'autre est un don de l'Œuvre des Missions, de Sélestat.
 
En 1957, les Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé s'installent dans une nouvelle maison construite pour elles et prennent en charge l'école des filles.
Depuis les guerres du Congo, on ne sait trop ce que tout cela est devenu.
 
En 1971, les Spiritains laissent la place aux Marianistes.
Le mot "Schauenberg" a, en fait, disparu depuis longtemps, mais il reste N.D. Auxiliatrice.

                                                                                                                                 
       (Renseignements obtenus auprès des Pères Spiritains à Paris)


               
                                                 Hier                                  Le village de Boko                            Aujourd'hui  ( Hôpital )